Dans mon prochain boulot, je ne veux travailler qu'avec des hommes.
J'essaie désespérement de perdre les kilos et la bouée qui ont vraisemblablement un attachement pour ma personne que je suis loin de partager. Le sort s'acharne déjà contre moi, m'empêchant de me rendre dans les bassins pour faire glisser mon corps boudiné dans les eaux tièdes et chlorées à force de brasse et de dos crawlé. Je me contente des quelques exercices d'abdos que je fais à l'aube. Mon aube, c'est-à-dire juste après le petit déj, dans l'obscurité de mon salon, la tête encore dans le brouillard. Je n'ai plus de nutella chez moi, c'est vous dire si j'ai les nerfs à fleur de peau. Je mange de la soupe jusqu'à deux fois par jour. " Non chéri, pas de pâtes pour moi. " Mais il y a bien pire que tout cela, des êtres vils et malveillants, tapis derrières des livres, des rayonnages ou des partitions. Ils savent que vous êtes en faiblesse. Ils sont sournois et sous leurs doux visages angéliques, se cachent "Méphistophélès" ! Non contentes de glisser régulièrement sous mon nez des petites sucreries de toutes sortes (cookies, cake, petits oeufs en chocolat), elles percent mes secrets et devinent ce qui me fera saliver. Aujourd'hui, le démon s'est présenté sous la forme... de donuts ! Petits, mignons, au chocolat même pour certains, le challenge est de taille. Il faudra être forte. Se persuader que ma pomme est le doux fruit du péché, que ma banane est délicieusement recouverte de chocolat noir, que ma boisson pour drainer et brûler les calories est un Irish Coffee chaud et alcoolisé à souhait...