Combien de livres meurtris, aux tirettes abusivement tirées ? Combien de pages défigurées par un trait de crayon ou de feutres ? Combien de CD ou DVD sauvagement griffés, ou portant les traces collantes d'une substance précédemment consommée ? On ne parle pas assez des violences qui leur sont faites.

Aujourd'hui encore, nous avons été les témoins impuissantes, sidérées et figées, de mauvais traitements infligés à de pauvres DVD qui n'avaient rien demandé. Ils étaient tranquillement rangés dans leur rayonnage, attendant tranquillement un usager sympathique qui les ramènerai chez lui pour un agréable moment (en tout bien tout honneur). Quand Gérard, appelons-le ainsi, débarque avec ses gros souliers taille 43 et surtout, ses grosses mains avides. Il se dirige sans ambages, à la vitesse discrète d'un félin fonçant sur sa proie, vers les futures victimes. De ses mais graciles, ils les farfouillent, sans autre forme de cérémonie. Il les sort par lot, ne leur jetant qu'un regard rapide avant de jeter son dévolu sur huit d'entre eux. Sans égard pour les dits documents, ni pour le travail du personnel de la médiathèque, il remet, sans la moindre délicatesse, les DVD dans les vides laissés par sa gourmande consommation cinématographique. Ensuite, il se dirige vers l'automate, pour jeter un à un, ses futures distractions éphémères. Chaque jet devient un coup qui se répercute dans la médiathèque, comme le cri de souffrance du DVD.

Après son départ, nous ne pouvions que constater le carnage. Un vide abusivement laissé. Un ordre alphabétique et un rangement totalement bafoués. Comble de l'horreur, nous avions nous aussi été abusée (probablement incommodées par une drogue ou plus vraisemblablement par son odeur). Il était parvenu à faire passer en retour, par nos soins, un DVD alors que le boîtier était vide !

Cela ne peut continuer. Il nous faut nous battre, nous insurger contre ces attitudes détestables et irrespectueuses ! 2016 sera l'année où nous traînerons les coupables dans les braises (et parce que ça rime, comme spermatogenèse, j'aime bien ce mot). Où leurs crimes ne resteront pas impunis. Où nous nous révolterons et leur dirons haut et fort « Hé dis-donc tête de gland, tu vas arrêter de foutre le bordel dans nos DVD et puis tu vas arrêter de les jeter comme ça dans l'automate ou j'te bloque ta carte, espèce d'iconoclaste de mes couilles » « S'il-vous-plaît Monsieur, pourriez-vous avoir l'infinie délicatesse de manipuler nos documents avec plus de douceur et de les remettre, si ce n'est pas trop vous demander, à leur place initiale ? »