Passant du temps sur la route, j'écoute beaucoup la radio. Et en ce moment, il a quelques publicités qui me font bien rire (jaune parfois).

 

D'abord, je m'amuse à chaque fois que j'entends cette pub qui veut faire vendre par la peur. Elle tient ce discours, chiffre à l'appui : « Savez-vous que 80% des cambrioleurs passent par la porte d'entrée ? ». Je ne peux m'empêcher de penser : « La solution ? N'ayez plus de porte d'entrée ! ». Oui, je sais, c'est con.

 

Ensuite, je me moque de Magali de Beauté blog qui intervient, dans une pub radio rappelons-le, pour Sephora. La marque, qui veut vanter ici ses produits pour avoir un teint ensoleillé (car il est clair qu'avec notre météo, ça ne pourra pas se faire naturellement) aurait peut-être dû faire appel à une autre agence ou tout au moins, écouter avant de valider. Aussi, je m'amuse de la bêtise de cette phrase que Magali prononce sur un ton enjoué : « Non mais regardez-moi, j'n'ai pas l'air de revenir des îles ?! ». Ben à la radio ma vieille, on ne va pas voir grand chose de ton teint bronzé !

 

Enfin, la pub Nivéa Q10 qui me ferait dresser les poils de bras tant elle peut m'horripiler. Peut-être suis-je trop susceptible ou que j'interprète trop négativement mais que penser de cette phrase d'introduction : « Ne laissez pas quelques petites rides gâcher votre beau sourire. » Et pourquoi des rides gâcheraient-elles un sourire ? Parce que les rides sont obligatoirement associées à la vieillesse ? Parce que les rides sont donc forcément laides ? Pourquoi donner une connotation si négative aux rides ? Certes, il n'est pas toujours facile de vieillir et de voir les rides apparaître un peu partout sur le visage. Mais certaines, plus que la trace du temps qui file et nous échappe, représentent l'empreinte d'une émotion. Elles symbolisent une expression sincère et quand elles ne s'effacent plus avec le temps, elles restent le souvenir d'un bon moment (enfin, quand il s'agit de rides de sourires). Si je pars régulièrement à la chasse aux cheveux blancs (je trouve que la couleur ne me sied pas!), j'use moins d'artifices ou de crèmes pour dissimuler mes rides. Car oui, j'ai des rides. Je suis une femme expressive. Je parle, je ris, je crie, je pleure, je râle, je m'esclaffe, je m'étonne, je m'interroge, je m'inquiète. Ces rides racontent tant d'histoires. Une ride pour mes enfants qui m'accueillent rayonnants avec un « Maman ! ». Une ride pour un échange complice avec mon homme. Une autre quand je peste contre les automobilistes. Encore une pour un fou rire entre ami(e)s. Alors, pourquoi ces rides gâcheraient-elles nos sourires ? Elles les accompagnent, les embellissement, les enrichissent. Et puis, ne vaut-il pas mieux avoir des rides de sourires que de ne pas en avoir car le visage est vide d'expression ?