Je viens de mettre sous cloche quelque chose de précieux. Quelque chose de rare. Dans sa fiole, contenant qui déjà en lui-même, dans sa forme comme dans son nom, annonce un peu le côté peu ordinaire de son contenu. Car il ne se met pas en bouteille ni dans une boîte. Ce contenu nécessite une présentation à la hauteur de ce qu'il est, de ce qu'il représente, de l'extraordinaire. Sous une cloche, dans une fiole, j'ai mis un peu... de magie de Noël.

20171222_152029

En ces périodes de fête, nous avons besoin de rêver. Nous avons envie de croire que le merveilleux est possible. Et pourquoi pas ? Et pourquoi seulement en décembre ?

 

A bien y réfléchir et à bien y regarder, le merveilleux nous entoure. Il peut être beau ou poétique, voire les deux. Cette magie de Noël nous est venue de façon inattendue, lors d'un accueil de classe. Les élèves fabriquaient des boules de Noël en papier, décorées de paillettes et de sequins. Ces fines particules colorées se sont bien sûr insinuées partout. Nous étions gentiment effrayées lorsque nous avons constaté les « dégâts ». Munies du balai et de la balayette, nous nous sommes employées à en ramasser un maximum pour proposer une salle aussi propre que possible pour la classe suivante. Alors que j'ôtais d'un coup de balayette les paillettes multicolores pour les envoyer par terre, je fus émerveillée par cette pluie colorée et scintillante. J'ai partagé cette beauté éphémère avec ma collègue. Mais ce n'était pas assez. Alors nous nous sommes associées pour tenter de partager cela avec les autres. Bon alors, autant l'avouer, ce fut un véritable challenge de prendre en photo de minuscules paillettes qui tombent. Aussi, avons-nous préféré la vidéo mais là encore, ce sont surtout les sequins qui sont visibles. Mais qu'importe, il y a un peu de magie dans tout ça.

 

Je me remémore d'autres instants éphémères de beauté poétique.

Un matin en me rendant au travail, j'admirais le ciel qui s'étendait devant moi. Les nuages blancs étaient bas, si bas, qu'on eut dit des montagnes lointaines perdues dans un ciel bleu rosé.

Ou cet autre matin, toujours sur la route, où je vis virevolter quelque chose de blanc. Je pensais que c'était un sac plastique mais en fait, il s'agissait d'un bloc de glace échappé du toit d'un camion qui venait de me faire la démonstration d'un triple lutz piqué ! Bon, ensuite, j'ai doublé le camion car passée la poésie, des blocs de glace, ça peut être dangereux pour les pare-brise !

Ou encore un soir, alors que je rentrais chez moi, dans le noir de l'hiver, j'ai pu admirer la forme fantomatique offerte par la fumée du pot d'échappement de la voiture qui me précédait et qui entoura le véhicule durant quelques secondes.

 

La beauté, la magie et la poésie sont partout. Parfois sur de brefs instants. Il nous suffit d'ouvrir les yeux...

 

Noyeux Joël !