… une vraie réflexion sur des sujets importants. Bien souvent délaissés pour parler politique ou économie, on débat sur le chômage, sur le président des riches mais on oublie de se poser les vraies questions. Celles qui nous font réellement avancer dans la vie, celles qui nous font nous coucher moins bêtes. Alors, peut-être que ça ne changera pas la face du monde mais je vous propose de réfléchir à un vrai thème de société :

 

Alors, le tractopelle ou la tractopelle ?!

dinetteaxel

 

 

Même la littérature semble se déchirer sur cette épineuse question. Le logiciel de traitement de texte lui-même semble perdu, perplexe rien que sur le mot « tractopelle » qu'il ne reconnaît pas et me souligne de cette petite vague rouge caractéristique.

 

Le dictionnaire Le petit Larousse illustré 2012 semble opter pour un nom féminin mais dont la définition reste trop succincte pour argumenter ce choix : Chargeuse-pelleteuse.

 

Le petit Robert de six ans son aîné n'est guère plus loquace mais tout même plus précis : n.f. (de 1. tracteur et pelle) Tracteur muni d'une pelle mécanique.

Il ajoute néanmoins une précision sur la construction du mot qui peut interpeller sur le doute qui nous assaille aujourd'hui.

 

Ainsi, faut-il accorder le déterminant de ce nom avec la partie tracteur ou avec la partie pelle ?

 

Le débat est ouvert.

 

Et pour votre culture générale, sachez que on nomme également cet engin « rétrocaveuse », « pelle rétro » ou bien encore « chargeuse-pelleteuse ». J'ai une petite préférence pour le premier, mon goût pour les films d'horreur me faisant déjà imaginer l'engin excavant une tombe douteuse en pleine nuit dans un cimetière lugubre seulement éclairé par la lune et une lanterne. Au Québec, on surnomme souvent l'engin « pépine ».