Depuis la fin du mois de juin, nous préparons nos sacs mystère. Le principe, quatre à sept documents choisis autour d'un même thème, de l'album au CD en passant par le roman, le périodique ou encore le DVD. Emballés dans des journaux recyclés (pour résister encore un peu à la curiosité des adhérents) et mis en sac avec comme seul indice, un nom mystérieux (enfin, on essaie). Bref, nous étions en train de les préparer. Je voulais en faire un sur les femmes, en l'honneur des femmes, pour les femmes. Probablement touchée par le départ de Simone Veil, peut-être une façon inconsciente de lui rendre hommage, car la lutte est loin d'être terminée. Bien sûr, l'évidence était déjà de mettre un ouvrage la concernant. Mais, pas de chance (et en même temps, tant mieux), le seul livre que nous avions venait d'être emprunté. Je me rabats donc sur l'autre Simone ! Elle est en rayon ! Enfin, le livre sa biographie. Mais je ne le retrouve pas.

DSCF3257

Quelle est cette malédiction soudaine qui nous frappe et nous empêche de mettre les livres qu'on veut dans nos sacs ?! Déjà, Raoul était porté disparu. Pourtant, avec ses beaux poils rouges, impossible de le louper. Et maintenant Simone. Heureusement pour mon sac, Rosa Parks et Olympe de Gouges viennent à mon secours. Mais tout de même, ça m'embête. Avec ma collègue, nous cherchons, nous regardons, nous scrutons les rayons, mais pas de trace de cette femme engagée.

DSCF3264

Il faut parfois laisser le temps au temps. Ainsi, alors que je cherche le livre « avec un lapin et une maison » que me demande une jeune adhérente, mon regard se pose sur nos bacs à albums pour y découvrir avec autant de joie que de surprise teintée d'incompréhension : Raoul la terreur ! Dans le bac où il est sensé être, mystérieusement réapparu.

Quelques jours plus tard, alors que je cherchais une bande dessinée pour mon sac « Summer », je tombe nez à nez avec Simone ! Mais que faisait-elle ici ?! Le goût de l'indépendance, de l'aventure, du voyage... Allez savoir. Les femmes comme elles ne doivent sûrement pas être du genre à rester planter là, sur une étagère en attendant que quelqu'un ne les y ôte, les feuillette et les lise. Elles partent en quête d'un ailleurs, veulent découvrir le monde qui les entoure, faire des rencontres, ne pas s'enfermer au milieu de ses semblables mais connaître ceux qui sont différents. Je ne peux plus la mettre dans mon sac. Mais qu'importe, je l'emmènerai avec moi en vacances (et peut-être le sac « Beau Sexe » aussi) et toutes ensemble, nous serons libres de vivre de beaux moments.

DSCF3262