Faut que j'vous dise

vendredi 18 janvier 2019

Faut que j'vous dise, il existe une faille temporelle dans la maison

J'avais déjà noté par le passé qu'il pouvait exister des failles spatio-temporelles. Enfin, surtout des ellipses temporelles.

Ce matin, j'ai noté que notre maison présentait une légère distorsion du temps, en un lieu bien précis. Ainsi, nous avons un écart présenté d'un peu plus de deux minutes entre le séjour et la cuisine. En effet, lorsque notre livebox, située dans le salon, nous affiche 10h12, le micro-ondes de la cuisine nous indique lui, 10h10. Quant au four, il peut même ne nous afficher que 10h09.

La faille doit se situer à l'intersection des deux espaces, au niveau de la double porte vitrée. Avec un résidu de dérèglement magnétique entre le four et le micron-ondes qui expliquerait la différence de plusieurs secondes entre les deux horloges.

Nous voilà donc des voyageurs temporels qui s'ignorent. Une vision de l'avenir à très court terme peut s'offrir à nous. La fin de la publicité et la reprise de notre émission, une dispute entre les deux enfants, un ballon lancé à travers la pièce pour atterrir sur une tête ou un objet fragile, nous permettant d'éviter les petits accidents ou autres désagréments du quotidien. A l'inverse, nous pouvons tenter de réparer les erreurs du passé. En évitant de manger la viande que le chat venait de lécher, en mettant en route le gaz pour faire chauffer l'eau de pâte (que nous avions oublié de mettre en route, voilà pourquoi ça ne chauffait pas!).

Bien sûr, nos voyages sont très limités dans le temps et nous les réalisons si régulièrement que nous ne nous en apercevons même pas.

Les mystères de la Bretagne.

A moins que ce ne soit un mauvais réglage des horloges...

faille_temportelle

 

Posté par Tytania à 10:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


dimanche 30 décembre 2018

Faut que j’vous dise, les hôtels nous vendent de la fausse écologie

Suite à mon exil dans une autre région, nous nous retrouvons à faire des plannings serrés pour voir le maximum de personnes lorsque nous remontons vers nos origines.

Afin de ne pas trop gêner et aussi pour avoir un lit d’une taille décente, nous avons opté pour la chambre d’hôtel en couple. Les enfants restaient chez Papy et Mamy,  pour le plus grand bonheur de chacun.  Ainsi, nous sommes nous retrouvés, mon homme et moi-même dans une chambre dhôtel. Ce que nous ignorions alors, était que nous allions loger juste à côté d’un cirque ! Pour le moment celui-ci ne semble pas gênant. Cependant, pourquoi les réceptionnistes s’obstinent-t-il à nous mettre dans des chambres orientées vers le cirque plutôt que vers le parking, plus silencieux ?

Au détour d’une douche, je me suis rendue compte que l’hôtel se voulait écolo. Cependant, une fois encore,  j’ai constaté que les faits étaient différents que ceux qui étaient mis en place. En effet, que dire de cette volonté de nous faire utiliser un gel douche commun pour tous, ou d’éteindre les lumières dès que l’on quitte une pièce ou bien encore de nous faire fermer le robinet ?  Cela, alors même que pour nous brosser les dents, l’hôtel nous propose deux jolis gobelets en plastique, eux-même emballés dans du plastique ! Que penser alors de l’écologie ! L’hôtel pourrait-il se passer de gobelets en plastique ? Pourrait-il simplement, pour commencer, se passer de l’emballage ! 

De fait, que penser de leur discours écologique du coup ?  Cela vaut-il le coup que j’éteigne la lumière ? Que, comme d’habitude je ne laisse pas couler l’eau du robinet pendant que je me lave les dents ? 

Amis qui tiennent des hôtels ou y travaillent je vous invite à aller plus loin dans votre démarche écologique. Proposez des gobelets renouvelables, au nom de votre hôtel par exemple ! De mon côté, j’éviterai de prendre des bains quotidiens, et opterais pour des douches. 

Ensemble, sauvons la planète.... mais vraiment ! 

3F550DC1_B155_43A6_B71A_C5EDE72F41DE

Posté par Tytania à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 21 décembre 2018

Faut que j'vous dise, Mariah dit n'importe quoi

En cette période de fêtes de fin d'année, il est difficile d'échapper aux musiques de Noël. L'une des grandes fans de cette période, qui ne peut s'empêcher de pousser la chansonnette, c'est Mariah Carey.

 

Alors, elle est bien mignonne la petite Mariah mais il faut qu'elle arrête de dire n'importe quoi. Elle fait croire des choses aux hommes, elle vend des bons sentiments et de l'amour, elle prétend que les femmes n'ont besoin que d'une chose, un homme (ou une femme, c'est finalement ouvert dans sa chanson).

Bon, a priori, en ce qui la concerne, c'est bien d'un homme dont elle a besoin. Ce n'est pas un discours très féministe !

Ce qui n'est pas très féministe non plus finalement, c'est la vérité face au mensonge entonné dans des tenues toujours plus improbables et pas forcément sexy.

 

I don't want a lot for Christmas Je ne veux pas beaucoup de choses pour Noël
There's just one thing I need Il y a seulement une chose dont j'ai besoin
I don't care about presents Je me fiche des cadeaux
Underneath the Christmas tree Sous le sapin de Noël
I just want you for my own / Je te veux juste pour moi toute seule
More than you could ever know Plus que tu ne pourrais le penser
Make my wish come true... Fais que mon vœu se réalise
All I want for Christmas Je ne désire que toi pour Noël
Is you... Seulement toi...

 

Tout d'abord, je proteste, moi je ne me fiche pas des cadeaux !

Ensuite, elle dit : « Le père noël ne me rendra pas heureuse, Pour Noël avec un jouet ». Ben, ça dépend, il y a de beaux jouets qui peuvent nous rendre heureuses ! Oh, je vous voir venir, pas que ce genre de jouets (que ce soit sexuels ou ménagers).

Elle ajoute : « Je ne ferai pas de liste que j'enverrai Au pôle Nord pour le père noël ». Moi non plus, on est d'accord. La liste, je le fournirai plutôt directement à mon homme, à la famille.

Je suis pourtant une douce rêveuse moi aussi. Je ne fais pas vraiment de liste car j'espère que mes nombreux messages aussi subtiles que subliminaux, à base de « elle m'allait trop bien cette combi » ou encore « oh, un coffret beaux-arts ! », seront compris. Bon, comme chaque année, je risque d'être déçue car trop subtile. Cela étant, même quand je faisais des listes, j'étais vraisemblablement mal lue !

 

Alors Mariah, arrête de faire croire aux hommes que tout ce que les femmes veulent, c'est eux. Oui, on veut bien une étreinte chaleureuse, un bisou sur le front, se pelotonner dans leur bras sous une couverture dans le canapé devant la téloche. Mais on veut aussi des cadeaux ! Des bijoux, des fringues, des chaussures (des bons d'achats peuvent être un meilleur choix car vous laissez la femme choisir exactement ce qu'elle veut, sans prendre le risque de taper à côté). Nous ne sommes pas que superficielles et vénales, on prend aussi des livres, des CD et/ou DVD, des repas au resto, une escapade en amoureux. Et pour dire à quel point nous ne sommes pas forcément matérialistes, on est prête à accepter des moments calmes, de solitude zen, où les hommes emmènent les enfants (n'importe où pourvu qu'ils les emmènent) pour s'octroyer du temps rien que pour nous. Et même, nous sommes prêtes à faire l'effort d'accepter tout ça en-dehors de Noël (aussi), pour ne pas vous forcer à nous couvrir d'attentions qu'un jour précis !

 

Allez messieurs, nous ne serons pas ingrates. Nous aussi on vous fera des cadeaux. Nous aussi on vous foutra la paix, on vous laissera tranquille devant la télé, on vous laissera sortir en solitaire (enfin sans nous), on vous offrira les caleçons et chaussettes que vous ne vous achetez jamais, on vous laissera nous sortir en mettant une belle tenue pour vous faire honneur.

 

Bon Noël à tous et plein de cadeaux sous le sapin (ou dessus, ou dedans, les bijoux s'accrochent facilement aux branches de sapin), n'en déplaise à Mariah !

 

Je sais que ce n'est pas elle qui a écrit la chanson mais elle la porte si bien !

Mariah Carey : retour sur le succès de "All I Want For Christmas Is You"

En 1994, Mariah Carey a su insuffler un vent nouveau sur la traditionnelle chanson de Noël. Flashback sur le succès de son titre "All I Want For Christmas Is You".

https://www.cheriefm.fr


Un petit lien pour celles et ceux qui voudraient l'écouter parce que je ne suis pas rancunière !

Posté par Tytania à 12:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 19 décembre 2018

Faut que j'vous dise, j'ai mis au monde l'ingratitude

Oh, pas seulement moi. Je pense que chaque parent a mis au monde de l'ingratitude sous la forme d'un enfant. Tant de choses sont vues sous un angle nouveau lorsque nous devenons responsable d'un petit être. On se souvient parfois de qui nous étions enfant, comment nous l'étions. L'adulte que je suis est probablement ingrate aussi envers ses propres parents. Sûrement ai-je oublié bien des actes et paroles positifs de mes ascendants directs. Que voulez-vous, l'un de mes nombreux défauts consiste à me souvenir du négatif.

 

Aujourd'hui, je fais à mon tour les frais de l'enfant ingrat, fois deux. On les emmène à la plage, dans des musées, au parc, à la médiathèque, voir des spectacles, on leur lit des livres, offre des jouets, fait des activités avec eux, les couvre de câlins et de bisous. On les éduque, tente de leur inculquer des valeurs (acte toujours plus essentiel à chaque jour qui passe), essaie d'en faire de petits êtres heureux et équilibrés. Et qu'a-t-on en retour ? Des chaussons pas rangés au milieu du salon, des chambres qui semblent avoir connu une guerre civile entre les jouets et les peluches, des pyjamas qui traînent par terre, des demandes, sans cesse des demandes formulées avec des « je veux » à nous parents dotés selon eux de huit bras et trois paires d'oreilles... (liste bien évidemment non exhaustive)

Parfois, on passe un cran au-dessus et on vit de douloureuses attentes déçues. Pas la moindre attention le jour de son anniversaire (enfin si, un dessin fait à l'arrache à l'école car un peu lourdement réclamé), juste un « bon anniversaire » probablement commandé par l'autre parent. Ben oui mais aussi, quel idée d'avoir son anniversaire deux semaines avant noël, c'est mieux de faire des dessins à Papa Noël (qui m'offre plein de cadeaux, même quand je ne suis pas vraiment sage et qui ne vient jamais me gronder ou me punir, pas folle la guêpe!).

 

On en vient à faire le triste constat que nous sommes quantité négligeable, chose sans importance (mais qui fait à manger), meuble au milieu d'autres (mais qui conduit à l'école et activité périscolaire). Alors, parfois, on souffre. On souffre de faire tant pour des mini-nous qui ne voient rien.

Et oui, ce sont des enfants. Ce ne sont que des enfants. Est-il possible de leur faire comprendre à leurs jeunes âges les notions d'indifférence, de manque de considération, de reconnaissance ? Est-il seulement judicieux de le faire ? Ou est-ce nous qui devrions cesser d'attendre des retours pour ce que nous faisons ?

 

A notre tour, il nous arrive de faire des erreurs et de ne pas agir et/ou réagir comme il faut. On les gronde, les punit et pire, on les culpabilise. Je n'aime pas ça mais c'est comme un réflexe. Je finis toujours par faire ce que je ne devrais pas. Il arrive un moment où le trop plein s'exprime mais jamais de façon constructive. On sait qu'on ne fait pas bien mais on le fait quand même. Est-ce qu'on se sent mieux après ? Même pas.

Il est parfois bon de leur rappeler ce que l'on fait pour eux. Il est vrai qu'ils sont trop jeunes pour réaliser, pour réellement comparer. Pour eux, ce que l'on fait, c'est juste normal. Ils ne connaissent rien d'autre, ne vivent pas dans d'autres familles, ne compte pas (encore) les points le lundi matin sur les activités du week-end. Mais nous adulte, nous réalisons et nous comparons. Nous comparons avec ce que nous avions enfant ou à d'autres parents autour de nous. N'est-ce pas un peu là aussi que le bât blesse ?

 

J'aimerais avoir la capacité de prendre du recul. Certaines personnes y parviennent et c'est certainement mieux ainsi. Elles ne prennent pas pour elles l'ingratitude, elles abordent les choses différemment avec leurs têtes blondes, échangent avec eux. Elles ne pointent pas du doigt et amènent peut-être davantage les enfants à mener leur propre réflexion.

 

Ce n'est pas tous les jours facile d'être parent...

Bon courage à nous !

Posté par Tytania à 14:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 14 décembre 2018

Faut que j'vous dise, il y a des lutins dans la maison...

Les lutins du dérangement ordonné.

Facétieuses petites créatures qui profitent de la nuit tombée ou de l’absence de leurs humains de maison pour s’amuser avec les objets. Leur forfait le plus connu reste celui de dissimuler une chaussette d’une paire, laissant sa jumelle esseulée et des humains perplexes. Ils s’amusent alors de les voir chercher dans les recoins des machines et des paniers à linge, à la recherche de la chaussette perdue. Parfois, dans leur grande bonté, il rende l’habit de pied à son propriétaire qui émet bien souvent un cri de joie et de surprise accompagné d’un : « Ben t’étais là ?! ».

Les lutins du dérangement ordonné sont des professionnels de la dissimulation, des experts du cache-cache, des maîtres dans l’art de rendre fou les humains. Alors que ces derniers sont bien souvent persuadés de retrouver l’objet de leur envie là où ils pensaient l’avoir laissé, ils se retrouvent dépourvus face à l’absence de celui-ci. Les parents cherchent des documents qu’ils étaient pourtant persuadés d’avoir rangé à tel ou tel endroit mais qui, étrangement, n’y est plus. Les enfants cherchent leurs jouets, leurs doudous ou leurs vêtements qu’ils n’avaient absolument pas rangés. Ainsi, des parents voient leurs enfants errer dans la maison, tourner et retourner dans les pièces du rez-de-chaussée, se mettre à quatre pattes pour regarder sous les meubles. Cet air perdu affiché par leur petit visage en quête de leur paire de chaussons, de leur doudou ou tout autre objet pourtant négligé et abandonné sans vergogne au matin. Si les enfants permettaient au silence de s’installer ne serait-ce que quelques instants, ils pourraient entendre le léger ricanement des lutins. Mais les enfants appellent leur objet, comme si ces derniers étaient doués de la parole et pouvaient leur signaler leur position : « Doudou, où es-tu ? ». Mais pourraient-ils seulement les entendre répondre puisqu’ils n’écoutent pas ?
Les lutins du dérangement ordonné aiment parfois tant tourmenter leurs humains de maison, qu’ils conservent précieusement les biens dérangés et les déposent dans une boîte ou une armoire. Quand ils sont lassés ou qu’ils estiment que l’objet a été suffisamment cherché, ils restituent le bien dérobé pour qu’il soit bien souvent retrouvé dans un endroit qui semble incongru à l’humain. Qui n’a pas retrouvé ses lunettes dans le frigo, une brosse à cheveux dans un coffre à jouets ou une paire de chaussons entre le canapé et le radiateur ? On pourrait croire qu’ils cherchent à punir ou qu’ils sont simplement méchants de se jouer ainsi des pauvres créatures que sont les humains. Mais n’est-ce point une leçon que ces derniers devraient retenir ? Les objets ne doivent pas être abandonnés mais rangés à une place précise. Heureusement, les humains ont parfois de petites têtes et permettent à nos amis les lutins de ne jamais s’ennuyer !

Posté par Tytania à 17:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]