Faut que j'vous dise

samedi 14 juillet 2018

Faut que j'vous dise, les gens veulent repeupler la planète... avec mon utérus !

Je me demande à partir de combien d'enfants les gens vous laissent-ils tranquille ?

A peine a-t-on le premier, qui nous suscote encore le sein ou la tétine de son biberon tout en faisant cette petite grimace caractéristique du "je suis en train de te préparer une belle surprise dans ma couche",  que déjà certaines personnes s'empressent de nous demander : "A quand le deuxième ?". Et ce, avec un grand sourire. Mais est-ce un sourire bienveillant, de sympathie ou de pur sadisme ?

Non parce que là, notre corps porte encore les séquelles du plus beau moment de notre vie. Nos cernes affichent la joie totale d'avoir un bébé si éveillé, surtout en pleine nuit, à 1h, 3h et 5h du matin. Nos vêtements présentent les reliefs de plusieurs repas que notre chère progéniture a cru bon de partager. Le miroir nous renvoie une image que nous reconnaissons à peine mais que de toute façon, nous avons à peine le temps de voir car déjà, petit bonheur nous crie son envie de quelque chose ! Bref, à ce moment-là, notre première pensée est rarement : "Mais put***, mais maintenant ! J'ai trop envie de remettre ça. De toute façon, je saute sur mon homme tous les soirs pour profiter de ce gros bidon que j'ai gardé, ce serait dommage de ne pas s'en servir. Et puis, le sommeil, c'est surfait."

257646_1845848184928_1652268_o

Parfois, il arrive qu'en effet, une deuxième merveilleuse soit en cours de fabrication. Joie, bonheur, félicité, comme pour l'aîné mais avec en plus, cette satisfaction de se dire qu'on va pouvoir échapper à cette question. Mais les gens sont sournois. Ils ne nous laissent pas tranquille. Non. Ils ont bien d'autres questions sadiques en réserve pour nous, les mères. Et oui, car là encore, bien souvent, l'inégalité nous frappe de plein fouet. Rarement les papas ont la chance de se prendre en pleine face ce genre d'interrogations. Pour autant, la gente masculine n'est pas en reste côté Inquisition du repeuplement. C'est un homme, qui, sourire machiavélique aux lèvres, nous a dit, face à mon gros bidon : "Si c'est encore un garçon, faudra en faire un troisième." Mais de quoi je me mêle ? Pourquoi faudrait-il qu'on ait les deux ? Et pourquoi deux garçons, ce ne serait pas suffisant ? Et puis, il est pas culotté de nous dire ça alors qu'il a deux filles et qu'il ne veut pas remettre le couvert une troisième fois pour avoir un garçon ?!

 

Nous avons eu une fille. Le choix du roi dit-on. Mais pas le choix du peuple apparemment. Parce que deux, ce n'est pas suffisant. On pense en avoir fini mais non, il y a encore des gens pour nous demander si on va en faire un troisième. Je m'interroge donc, à partir de combien d'enfants, les gens estiment-ils que nous avons suffisamment contribué au renouvellement humain de la planète ? Non parce qu'en plus, ces mêmes gens, vont te dire aussi : "Ah oui, quatre enfants, quand même !" avec cet air mêlant effroi, critique, jugement et fausse admiration.

Les gens ont alors plein d'idées pour nous motiver. Nous en avons récemment découvert une nouvelle. Nous allons déménager dans une autre région et je vais me retrouver, temporairement, sans activité. Plusieurs personnes m'ont donc naturellement proposé de faire un numéro 3 ! Ben évidemment ! Ca m'occupera. Que vais-je faire de tout ce temps libre qui va s'offrir à moi ? Découvrir cette merveilleuse et magnifique région qui sera la nôtre ? Prospecter pour une nouvelle activité ? Finir mes 1001 projets en cours ? Gérer la maison et les enfants (que j'ai déjà) dans ce début de grande aventure ? Non, ce qui occupe vraiment une femme, c'est de faire un gosse !

Ben oui, mais quand j'aurai retrouvé du travail, j'en ferais quoi de ce petit dernier bouche-trou ? Je le rends ? A qui, à ceux qui m'ont suggéré de le faire ? Non parce que, je ne conçois pas de faire un enfant juste pour m'occuper pendant une période d'inactivité professionnelle indéterminée.

Et si on nous foutait la paix avec ça, qu'on ait 8 petits monstres ou aucun. Laissez-nous décider de ce que nous souhaitons offrir (ou pas) pour diversifier l'espèce humaine.

 

Je dois avoir une tête (et un physique, il est vrai), à faire des enfants. Ce doit être pour cette raison que les gens veulent repeupler la planète avec mon utérus...

Posté par Tytania à 15:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


mardi 10 juillet 2018

Faut que j'vous dise, c'est un crime odieux et cruel *

La ville de L. a été le théâtre d'un drame lundi dans la soirée.

 

C'est un corps sans vie, atrocement mutilé qui a été découvert hier soir. Il était environ 19h30 lorsque la propriétaire des lieux a trouvé la victime. Son corps, mis à nu, gisait dans la cuisine. Le meurtrier, car il ne peut s'agir là d'un suicide, a fait preuve d'une cruauté ignoble.

Nu et sans tête

Ainsi, d'après les premiers examens, la victime aurait été torturée, avant d'être décapitée.

 

DSC_0490

 

Les vestiges de son corps meurtri reposait à côté du reste de sa personne. Sa tenue a été retrouvée non loin des lieux du crime. Elle était déchirée et l'évier était parsemé de gouttes rougeoyantes. Tout cela laisse à penser qu'il y a probablement eu lutte.

Si le meurtrier n'a, semble-t-il, laissé aucune trace ni aucune empreinte, il a néanmoins abandonné l'arme de son horrible forfait, juste à côté de sa victime.

 

Crime d'envie ou de gourmandise ?

L'enquête est en cours pour découvrir l'identité du criminel. Des suspects auraient déjà été entendus. Les analyses démontreront si traces de résidu figurant sur l'arme sont bien celles de la victime. La gourmandise pourrait être le mobile mais aucune hypothèse n'est pour l'instant écartée.

DSC_0491

Nul doute que cette terrible affaire fera l'objet d'une enquête minutieuse dont nous vous transmettrons toutes les avancées.

T.

 

 *Les images de ce crime infâme sont susceptibles de heurter la sensibilité des plus fragiles ou des plus gourmandes, ou les personnes n'aimant pas le fromage ou l'aimant trop !

Posté par Tytania à 15:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 7 juin 2018

Faut que j'vous dise, il est temps de lancer de vrais débats...

… une vraie réflexion sur des sujets importants. Bien souvent délaissés pour parler politique ou économie, on débat sur le chômage, sur le président des riches mais on oublie de se poser les vraies questions. Celles qui nous font réellement avancer dans la vie, celles qui nous font nous coucher moins bêtes. Alors, peut-être que ça ne changera pas la face du monde mais je vous propose de réfléchir à un vrai thème de société :

 

Alors, le tractopelle ou la tractopelle ?!

dinetteaxel

 

 

Même la littérature semble se déchirer sur cette épineuse question. Le logiciel de traitement de texte lui-même semble perdu, perplexe rien que sur le mot « tractopelle » qu'il ne reconnaît pas et me souligne de cette petite vague rouge caractéristique.

 

Le dictionnaire Le petit Larousse illustré 2012 semble opter pour un nom féminin mais dont la définition reste trop succincte pour argumenter ce choix : Chargeuse-pelleteuse.

 

Le petit Robert de six ans son aîné n'est guère plus loquace mais tout même plus précis : n.f. (de 1. tracteur et pelle) Tracteur muni d'une pelle mécanique.

Il ajoute néanmoins une précision sur la construction du mot qui peut interpeller sur le doute qui nous assaille aujourd'hui.

 

Ainsi, faut-il accorder le déterminant de ce nom avec la partie tracteur ou avec la partie pelle ?

 

Le débat est ouvert.

 

Et pour votre culture générale, sachez que on nomme également cet engin « rétrocaveuse », « pelle rétro » ou bien encore « chargeuse-pelleteuse ». J'ai une petite préférence pour le premier, mon goût pour les films d'horreur me faisant déjà imaginer l'engin excavant une tombe douteuse en pleine nuit dans un cimetière lugubre seulement éclairé par la lune et une lanterne. Au Québec, on surnomme souvent l'engin « pépine ».

Posté par Tytania à 12:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 29 mai 2018

Faut que j'vous dise, des mystères s'éclaircissent

Je suis fascinée par l'incroyable capacité de mon Homme à emmêler des fils !

Bien souvent, c'est à cela que je reconnais que tel chargeur ou telles oreillettes lui appartiennent. Il possède cet incroyable don de pouvoir créer un noeud dans ce qui peut ressembler à un fil. Heureusement qu'il n'a pas les cheveux longs !

Aujourd'hui, j'ai appris qu'il n'était peut-être pas tout à fait responsable de ça.

fils_emmeles

Lire nous apprend plein de choses et aussi, la réponse à cette autre grande question de l'Univers : Pourquoi la tartine tombe-t-elle toujours du mauvais côté...

Tout comprendre - n°88 - Novembre 2017 - article "17 mystères du quotidien"

Posté par Tytania à 11:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

vendredi 27 avril 2018

Faut que j'vous dise, je me suis fait poser un lapin

Mais pas n'importe lequel. Un lapin professionnel. Un lapin par des adhérents.

Il m'est déjà arrivée de me retrouver seule dans la médiathèque désertée par le public. Attendant, guettant l'adhérent qui passera enfin la porte. J'attendais une heure, parfois deux et enfin, une âme venait me sauver de la solitude.

Seulement là, c'est différent. Il y a un peu de passage dans l'équipement. Plusieurs personnes sont venues faire des prêts et retours. Mais les sièges du comité lecture, que j'avais sympathiquement installés de façon convivale, restent désespérément vides de toute présence « fessière ». Pas de discussion autour de l'automate ou des nouveautés. Pas d'échanges sur les derniers décès dernières nouvelles du village, pas de bibliothécaire attendant que ce beau petit monde passe dans la pièce d'à côté pour commencer.

sièges_vides

Je guette l'heure sur mon ordinateur. 14h23. Je m'interroge. 14H28. Je soupçonne. 14H29. J'alerte une collègue d'une autre médiathèque de ce qui me pend au nez. 14h53. Je pense que je peux officiellement déclarer que je me suis fait poser un lapin pour mon comité lecture de 14h30.

Je pense échanger avec moi-même sur mes dernières lectures. J'espère que je ne serai pas trop bavarde et que je ne ferai pas plein de digressions qui saoulent tout le monde. Je trouve la bande dessinée que j'ai présenté vraiment intéressante. Annie Sullivan & Helen Keller, l'histoire d'une femme qui va aider une petite fille aveugle et sourde à s'ouvrir au monde et à communiquer. Je trouve que l'auteur et illustrateur a superbement traduit l'état d'Helen. Comment dans son monde silencieux et sombre elle perçoit les choses puis apprend à les connaître. J’acquiesce, c'est vrai que c'est bien fait.

 

helen_keller

 

La loose, je réalise que je ne me suis même pas servie de café, ni de petits biscuits pour accompagner. Je suis une bien piètre hôtesse. Je me rattraperai au goûter.

Je retourne à mes autres tâches d'agent spécial au service de la lecture publique, avec un petit sentiment d'abandon.

La schizophrénie m'aurait bien aidée aujourd'hui !

 

Posté par Tytania à 15:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,